Ambassade de Belgique au Kazakhstan

La Belgique au Kazakhstan

Bienvenue sur notre site web !
 

Restrictions de voyage dues à la pandémie Covid-19

Etes-vous belge et momentanément bloqué à l'étranger ? Nous sommes à vos côtés et faisons tout notre possible pour trouver une solution. Regardez ici ce que vous pouvez faire vous-même : https://diplomatiebe.tappable.dev/coronavirus-fr.

 
Pour toute question complémentaire, vous pouvez nous contacter par e-mail à l’adresse
nur-sultan@diplobel.fed.be ou par téléphone au +7 7172 974 485. Consultez aussi régulièrement notre page Facebook. Il est actuellement très difficile de voyager dans, vers ou à partir de la juridiction. Suivez nos conseils de voyage et renseignez-vous également auprès des ambassades de nos pays avant le départ.

Notre équipe met tout en œuvre pour vous aider. Restez au courant des options – y compris commerciales – disponibles pour un retour en Belgique en vous inscrivant sur Travellers Online.

Enfin, un peu partout dans le monde, des expatriés belges partagent leurs conseils et solutions temporaires sur le groupe #BelgesSolidaires.

 
Nur-Sultan

 
Êtes-vous un Belge qui habite au Kazakhstan et qui souhaite s’inscrire à l'ambassade à Nur-Sultan? Avez-vous perdu votre passeport lors d'un voyage au Kirghizistan? Vous souhaitez connaître les conseils de voyage pour Tadjikistan? Alors vous êtes au bon endroit!

L'ambassade à Nur-Sultan (anciennement Astana) est responsable pour le Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan.

Sur ce site, vous trouverez des informations sur notre ambassade et nos consulats honoraires. Nous vous informons également sur nos services consulaires. Il y a également les conseils de voyage pour nos trois pays.

Voulez-vous voyager en Belgique et avez-vous besoin d'un visa? Nous ne délivrons pas de visas nous-mêmes, mais nous expliquerons qui peut vous aider.
 

Actualités

31 oct

Il y a 20 ans jour pour jour, le Conseil de sécurité des Nations Unies adoptait à l'unanimité la résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité. Ce faisant, le Conseil de sécurité a reconnu que les conflits armés ont un impact différent sur les femmes et sur les hommes. Par exemple, la violence sexuelle liée aux conflits touche principalement les femmes, celles-ci ne participent pas aux conflits de la même manière ou sont à peine impliquées dans leur résolution.

31 oct

Il y a 20 ans jour pour jour, le Conseil de sécurité des Nations Unies adoptait à l'unanimité la résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité. Ce faisant, le Conseil de sécurité a reconnu que les conflits armés ont un impact différent sur les femmes et sur les hommes. Par exemple, la violence sexuelle liée aux conflits touche principalement les femmes, celles-ci ne participent pas aux conflits de la même manière ou sont à peine impliquées dans leur résolution.

28 oct

La Belgique se félicite de la publication de la base de données de l’UE relative aux exportations de matériel militaire par les Etats membres de l’UE. Cette base de données publique constitue un pas supplémentaire vers une plus grande transparence dans le domaine des exportations et du commerce de matériel militaire. La transparence dans les exportations d’armes est un enjeu important puisqu’elle mène à une plus grande responsabilisation des Etats et à un meilleur suivi de leur engagements en matière de contrôle des exportations.

20 oct

Ce mardi 20 octobre, la Ministre de la Coopération au Développement Meryame Kitir participe à une table ronde ministérielle visant à mobiliser des financements et des engagements politiques pour répondre adéquatement aux besoins dans la région centrale du Sahel, en particulier le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

18 oct

La dixième conférence des parties (COP10) à la Convention des Nations unies sur la criminalité transnationale organisée (UNTOC) a adopté une résolution portee par la Belgique visant à lutter contre la fabrication et le trafic de produits médicaux falsifiés. Le trafic de médicaments et de produits médicaux falsifiés est très lucratif. Cette situation s’est aggravée pendant la pandémie de COVID-19, en raison de l’augmentation de la demande de produits médicaux. Les plus vulnérables sont les premieres victimes de ce trafic.